Beppe Fenoglio et les frères Taviani : Una questione privata


Sorti en Italie, ce 1er novembre, Una questione privata est le dernier film de Paolo et Vittorio Taviani. C'est, en réalité, l'adaptation à l'écran d'un roman posthume et inachevé du Piémontais Beppe Fenoglio, merveilleux conteur, au style si singulier, et qui nous a offert la découverte d'une terre que nous ne connaissions qu'à peine : les Langhe, collines naguère âpres et rudes, et sur lesquelles le contadino s'échinait dans une solitude et une ingratitude indescriptibles. Le fatalisme local présumait ces malheurs comme incrustés pour l'éternité. Or, aujourd'hui, les Langhe ne sont pas exactement pauvres : ici, les vignobles font l'orgueil de l'Italie tout entière. Il faut absolument déguster leurs cépages : nebbiolo, barbera et dolcetto incomparables. 

Beppe Fenoglio, contemporain d'un Pier Paolo Pasolini, est mort tôt, trop tôt... Il souffrait d'un asthme bronchique que son tabagisme chronique n'arrangeait sûrement pas. Atteint de complications respiratoires irrémédiables et d'un cancer du poumon, il s'éteignit le 18 février 1963 dans d'infinies souffrances. Beppe Fenoglio était un homme d'une intelligence, d'un talent et d'un courage inhabituels. Il refusait, par exemple, de se marier religieusement. Ce qui, à son époque, et en milieu rural, n'était pas chose facile à accomplir. Inscrit à l'Université de Turin, dès 1940 - ses études furent brillantes -, il s'engagea parallèlement dans la résistance au fascisme, bien avant l'armistice de Cassibile. Il écrivit beaucoup sur ces épisodes cruciaux. Sa disparition prématurée l'empêcha hélas d'achever une œuvre à laquelle il travaillait avec détermination. Ce fut le cas d'Una questione privata qui raconte, à travers le combat mené pour libérer l'Italie du fascisme, une rivalité amoureuse opposant deux jeunes et solides compagnons de lutte, engagés dans des maquis limitrophes. Fenoglio avait, d'autre part, beaucoup écrit sur les épisodes liés à la Résistance ; on citera, entre autres, Les Vingt-trois jours de la ville d'Albe (recueil de nouvelles publié en 1952), Le Printemps du guerrier (Primavera di bellezza, 1959), La Guerre sur les collines (Il partigiano Johnny), paru, après son décès, en 1968. Avant tout, je vous conseillerais, sur l'univers paysan, auquel Fenoglio était viscéralement attaché, Le Mauvais Sort (La malora), traduit en français chez Cambourakis en 2013. Relatant le retour en sa terre du jeune Agostino - le héros-narrateur du roman -, Fenoglio lui prête ces propos : "J'ai fait ce retour comme la plus belle chose de ma vie." Puis, une fois chez lui, Agostino décrit ses états d'âme : "Les premiers matins j'avais une idée fixe : la première chose que je faisais en me levant c'était de regarder si ma terre était toujours là, si dans la nuit un éboulement ne l'avait pas engloutie, comme j'ai entendu dire que c'était arrivé à des gens du côté de Cissone et de Somano."  En ce qui nous concerne, tant que l'œuvre de Beppe ne tombera pas dans l'oubli, cette terre vivra sûrement. 

S'agissant des frères toscans, Paolo et Vittorio Taviani, on aura forcément remarqué leur retour vers l'univers de La notte di San Lorenzo (1982) qui, lui aussi, avait pour toile de fond les thèmes de l'Occupation, de la guerre et de la Résistance. Ces motifs politiques s'enracinaient, à leur tour, sur l'expérience personnelle des deux cinéastes, à savoir le fameux massacre de San Miniato, leur village natal.  Autre thématique récurrente : le conflit ou le dilemme amoureux. Quatre aspects ont, sans doute, fasciné et retenu l'attention des réalisateurs : la ruralité, le souvenir d'ordre autobiographique et l'art oral du racconto à la veillée, le contexte politique et le duel sentimental (voir leurs films Il prato 1979 et Le affinità elettive 1996 ou Goethe, transposé en Toscane). On attendra patiemment la distribution en France d'Una questione privata des Taviani pour juger. En revanche, je vous en conjure : lisez Fenoglio !

Le 27/12/2017.

S.M. 

 


 

P.S. Una questione privata sera l'ultime fruit de la collaboration des frères Paolo et Vittorio Taviani. Ce dernier nous a quittés le 15 avril 2018. Anecdote extraordinaire que rapporte Grégory Valens dans Positif n° 688|Juin 2018 : "Les Taviani racontent d'ailleurs la naissance presque magique du projet : ils écoutaient tous deux, séparément et à l'insu de l'autre, la lecture qu'avait enregistrée Omero Antonutti (acteur de Padre Padrone et La notte di San Lorenzo) pour la radio du roman de Beppe Fenoglio, et ont tous deux téléphoné au même moment au comédien pour le féliciter. L'adaptation s'imposait à eux avec la force de l'évidence."

 


  

 

Una questione privata. Italie/France (2017). 85 minutes. Réal et scénario. Paolo et Vittorio Taviani, d'après le roman éponyme de B. Fenoglio. Photographie : S. Zampagni. Décors : E. Frigato. Costumes : Lina Nerli Taviani, Valentina Taviani. Montage : R. Perpignani. Musique : G. Taviani, C. Travia. Production : D. Palermo, Ermanno et Elisabetta Olmi, Serge Lalou, Eric Lagesse. Int. : Luca Marinelli (Milton), Lorenzo Richelmy (Giorgio), Valentina Bellè (Fulvia), Antonella Attili (Concetta), Giulio Beranek (Ivan), Andrea Di Maria (le prisonnier fasciste). Sortie en France : 6/06/2018. 


 

Una questione privata (2017) : Luca Marinelli (à droite)

B. Fenoglio et son épouse

Alba (Piémont), commune natale de Fenoglio