Temps sans pitié : un homme en fuite


Nous nous sommes inspirés de deux films du cinéaste pour caractériser le destin de Joseph Losey (1909-1984), blâmé en son pays, au moment de la "chasse aux sorcières" initié par  le républicain Joseph McCarthy, sénateur de l'État du Wisconsin... 

Justement natif de l'État du Wisconsin - cet État qui enfanta aussi Nicholas Ray et Orson Welles -, au sein d'une famille bourgeoise, l'auteur de M. Klein s'engagea très tôt. Il ne fit pas exactement du militantisme politique, mais intégra un groupe théâtral de gauche animé par Mordecai Gorelik. Il lisait Marx et Engels, ainsi que Trotski. Il se rendit à Moscou en 1935. Là, il étudia Bertolt Brecht. À propos de l'atmosphère qui prévalait alors dans l'ex-URSS, il déclara plus tard : "C'était une ambiance de conflit entre les groupes staliniens et trotskystes, qui s'accentua au cours des années 30, et, à moins de faire partie des uns ou des autres, vous vous trouviez pris dans cette espèce d'atmosphère déroutante et destructrice où des gens qui auraient dû se trouver du même côté se battaient entre eux au lieu de combattre le véritable ennemi." Le premier long métrage du réalisateur, sorti en 1948, apparaît, d'emblée, comme une parabole plaidant contre la ségrégation et pour l'acceptation de la différence. Les films suivants auront beau adopter les règles du "film noir", on y percevra toujours un regard très contemporain et très critique sur la violence et les rapports sociaux inégaux. En 1952, les milieux réactionnaires ne s'y tromperont guère : Losey sera sommé de s'expliquer face à la Commission des activités anti-américaines (HUAC). Le cinéaste ne répondra jamais à cette convocation. Il tournait, à ce moment-là, en Italie. Quelques mois plus tard, il s'installe en Grande-Bretagne. Le black-listing s'étendant - avec une moindre rigueur - à ce pays, Losey devra signer jusqu'en 1957 sous des pseudonymes. The  Intimate Stranger (1956), avec R. Basehart et M. Murphy, portera le nom de Joseph Walton, par exemple. C'est une réalisation que je n'ai pas créditée photographiquement.

 


 

The Boy With Green Hair (1948)

The Lawless (1950) - Mcdonald Carey, Gail Russell

The Prowler (1951) - V. Heflin, E. Keyes

M (1951) -

The Sleeping Tiger (1954) - D. Bogarde, A. Smith

Time Without Pity (1957) - M. Redgrave, A. McCowen

Gipsy (1957) - M. Mercouri, K. Michell

Blind Date (1959) - H. Krüger, M. Presle

The Criminal (1960) - S. Baker, S. Wanamaker

Joseph LOSEY