La viaccia (1961, M. Bolognini) : Le Mauvais chemin


 

 

 

 

 

 

 


La viaccia (Le Mauvais chemin). Italie, France - 1961. 106 minutes. Noir et blanc. Réalisation : Mauro Bolognini. Scénario : Vasco Pratolini, Pasquale Festa Campanile, Massimo Franciosa, d'après le roman L'eredità, de Mario Pratesi (1889). Photographie : Leonida Barboni. Opérateur : Ajace Parolin. Décors : Flavio Mogherini. Costumes : Piero Tosi. Son : Mario Amari. Montage : Nino Baragli. Musique : Piero Piccioni (extraits de C. Debussy). Production : Alfredo Bini (Arco Film), Lionello Santi (Galatea), Goffredo Lombardo (Titanus Rome), Société Générale Cinématographique (Paris). Directeur de production : Gianni Minervini. Interprétation : Jean-Paul Belmondo (Amerigo Casamonti), Claudia Cardinale (Bianca), Pietro Germi (Stefano, le père d'Amerigo), Emma Baron (Giovanna, la mère d'Amerigo), Paul Frankeur (l'oncle Ferdinando), Marcella Valeri (Beppa), Gabriella Pallotta (Carmelinda), Romolo Valli (Dante, l'anarchiste), Paola Pitagora (Anna, la compagne de Dante). Sortie en France : 13/06/1961.

Préambule :

1880. Dans une ferme agricole, exploitée en métayage et située aux environs de Florence, le patriarche Margaritone Casamonti se meurt. Le vieillard réunit sa famille et leur confie ceci : "Ouvrez bien vos oreilles parce que je n'ai plus beaucoup de souffle... La Viaccia a toujours été aux Casamonti. Aussi, moi mort, je ne veux pas qu'on la perde. Il ne faut pas la vendre ! Jamais !", s'écrie-t-il. De fait, il lègue le domaine à celui de ses fils qui le cultive avec lui, Stefano, le père d'Amerigo. Plus tard, l'aîné, Ferdinando, se propose toutefois de le racheter à son propriétaire, en déclarant qu'ayant ni femme, ni enfants, La Viaccia reviendrait forcément aux Casamonti. Il retourne ensuite en ville, en compagnie d'Amerigo, lequel travaillera désormais dans sa boutique de marchand de vin. À Florence, où il fait quelques escapades, Amerigo est fasciné par Bianca, une jeune femme d'une beauté exceptionnelle. Il découvre qu'elle vend ses charmes dans une maison close. Dès le premier soir, il vole de l'argent dans la caisse de son oncle pour continuer à la fréquenter...   

T. Signorini (1835-1901). Via de' Malcontenti, Firenze. 1885-86.

T. Signorini. Via Torta, Firenze. 1870.

T. Signorini. Settignano (Firenze)

T. Signorini. Bottega di fornaio di Settignano. 1899-1901.