The Lighthouse (2019, E.-U. - R. Eggers)

 

 

« Descente énamourée dans les abîmes d’un genre, le fantastique, modulé au gré d’une myriade d’alliages hautement psychotropes, « The Lighthouse » invite tous les mythes et folklores marins à venir s’infuser dans un conte semblable à un cauchemar d’ivrogne. […] Semeur de troubles formalistes et auteur de « The Witch » en 2016, l’Américain Robert Eggers s’abreuve encore à la source de légendes immémoriales pour imposer, dans un noir et blanc coupant, la puissance d’une fable trempée dans l’onirisme gothique, autant que dans les odeurs d’iode, de fiente et de gnôle. » (Sandra Onana, « The Lighthouse, embruns de folie », « Libération », 18/12/2019)

 

« La profondeur de l’œuvre stupéfait : c’est le récit de la folie, de la déraison, de la plus parfaite et inconvenante sauvagerie. […] Ce film pourrait être lourd et affecté par une mise en scène soucieuse d’effets avec son noir et blanc de ténèbres – le film est aussi sombre que son récit -, mais deux grands acteurs (ndlr : Willem Dafoe et Robert Pattinson) sont en présence, enfermés dans le huis clos étouffant de la maison de l’île battue par les vents, et qui fuit et grince de toutes parts. […] « The Lighthouse » embarque autour d’eux toute une mythologie, dans l’ombre des grands récits inspirés, le « Moby Dick » de Melville et l’« Ulysse » de Joyce. » (Nathalie Chifflet, « The Lighthouse : l’âme naufragée », « Le Progrès », 18/12)

 

« C’est un film d’art : Willem Dafoe fait des pets. C’est un film fantastique : Robert Pattinson fait des cauchemars. Noir et blanc, format carré, achtung chef-d’œuvre. Il s’agit surtout d’un solide nanar prétentieux où deux gardiens de phare s’affrontent dans une île perdue. Qui veut tuer l’autre ? On tue une mouette, on cite des poèmes avant de se saouler à l’alcool de contrebande et danser la bourrée. Bref, au secours ! » (É. N. « Le Figaro », 18/12)

 

« Sur cette île isolée, morbide et inhospitalière, les deux gardiens de phare devront se supporter pendant cinq semaines dans une atmosphère bientôt irrespirable : Wake met son second à l’épreuve en lui confiant les tâches les plus ingrates. Reparti avec le prix Fipresci à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et le prix du jury au Festival de Deauville, « The Lighthouse » n’a pas été mieux résumé que par son réalisateur lui-même : « Rien de bon ne peut arriver quand deux hommes sont isolés dans un phallus géant. » (M. Jo. « Le Monde », 18/12)

 

« On dirait une putain de parodie » lâche à un moment Winslow, dans un éclair de lucidité pour lequel il faudrait presque applaudir Eggers. La possibilité de la parodie apparaît en dernier ressort comme la seule perspective véritablement réjouissante de The Lighthouse : on se désole presque de voir que celle-ci émerge si tardivement et qu’elle reste finalement à l’état de simple velléité. La réplique de Pattinson tombe en effet à plat, elle ne produit aucun changement de registre notable, ne perturbe pas le fonctionnement narratif du film : Winslow continue de se masturber et de voir des sirènes, il continue aussi d’accomplir des tâches absurdes et de boire de la gnôle avec Wake. On ne saura jamais ce qui se trouve du côté de la « putain de parodie » : très certainement l’envers du film que l’on a vu. C’est sur ce versant comique, à peine esquissé, que The Lightouse aurait pu être considéré comme une réussite relative. » (Jean-Sébastien Massart, « Critikat », 18/12)

 


 

  •  
  • The Lighthouse
  • États-Unis 2019
  • Réalisation : Robert Eggers
  • Scénario : Robert Eggers, Max Eggers
  • Image : Jarin Blaschke
  • Décors : Matt Likely
  • Costumes : Linda Muir
  • Son : Damian Volpe
  • Montage : Louise Ford
  • Musique : Mark Korven
  • Producteur(s) : Rodrigo Teixira, Lourenco Sant'Anna, Jay Van Hoy, Youree Henley, Robert Eggers
  • Production : New Regency Pictures, A24, RT Features
  • Interprétation : Robert Pattinson (Ephraim Winslow), Willem Dafoe (Thomas Wake), Valeriia Karaman (Sirène)
  • Distributeur : Universal Pictures International France
  • Date de sortie : 18 décembre 2019
  • Durée : 1h49